mardi 11 avril 2017

Écoutons notre corps

~ Écoutons notre corps 

Il existe des méthodes miraculeuses, pour guérir, sur le plan physique, les jeûnes, les diètes, les soins quantiques et autres thérapies...
Si la cause profonde du mal n'est pas vue et transcendée, s'il reste une énergie de disharmonie dans les corps subtils, la maladie peut malheureusement revenir, pour que le message de l'âme, via le corps, soit compris...
On peut ainsi se retrouver à lutter toute sa vie contre des maladies, à guérir, puis faire des rechutes, si on ne s'en tient qu'à l'aspect physique.
Il a été dit qu'en théorie, les gens "prâniques", qui vivent de lumière, ne peuvent plus tomber malade, et peuvent guérir de toutes leurs pathologies...
Or il y a des personnes qui retombent malade, même en ayant une hygiène de vie "parfaite". (Par exemple, la célèbre Jasmuheen, après avoir pratiqué pendant des années le respirianisme, a fait l'expérience d'un cancer)
Bref, nous ne sommes pas que le corps physique, c'est vraiment un de nos véhicules, dont il vaut mieux prendre soin, mais je pense qu'il faut prendre en compte l'être tout entier, dans son ensemble. L'âme communique comme elle peut, par le biais du corps, quand elle n'est pas entendue.
La cause des maux peut être très simple, c'est souvent un manque d'amour quelque part... Une énergie, une émotion humaine, coincée dans une partie symbolique du corps, qui ne demande qu'à être vue, accueillie, puis libérée.
En comprenant la raison de sa manifestation, en l'acceptant, et en étant prêt à passer à autre chose, à tout pardonner, à s'aimer, la guérison profonde et définitive devient possible...
Pour ceux qui ont la foi, vous pouvez vous en remettre à plus haut, remettre votre mal à Dieu, ou votre archange ou saint favori, lui demander de l'aide, la Grâce.
 ~



vendredi 10 mars 2017

Notre corps est à l'écoute

Notre corps est un Univers ~
Toutes nos cellules nous écoutent. Entre les cellules, les bactéries etc, il y a une infinité de consciences, en nous...
C'est un travail d'équipe !
Prenons soin de "notre peuple", qui nous écoute très attentivement, par le biais des pensées et des émotions... ♡


vendredi 3 mars 2017

Le cancer et les bactéries : des copains de notre organisme

* Théories sur le cancer
"Le cancer est généralement présentée de manière caricaturale comme l’affrontement entre deux camps : les cellules cancéreuses d’un côté (les méchantes) et le système immunitaire de l’autre (les gentils). Cette vision est bien loin de refléter la réalité.
L’idée que le cancer est une bataille entre l’organisme et les cellules cancéreuses est une présentation bien désuète et reflète fort mal la réalité. Différentes raisons doivent nous inciter à considérer la maladie non pas comme un agent extérieur à l’organisme, mais comme en faisant partie.
Le système immunitaire commence
par protéger les cellules cancéreuses"
...
"Il faut arrêter de voir le cancer comme un agent extérieur, car il fait partie de l’organisme comme le cœur ou les poumons."


L'article en entier :
http://www.luc-bodin.com/2012/08/23/la-reversion-cancereuse-spontanee/





* Sur le fameux candida albicans, micro-organisme présent chez tout le monde, qui est utile pour nettoyer l'organisme, et qui est indicateur de l'état de notre corps. Le problème est qu'il peut muter et se multiplier à outrance puis créer des symptômes gênants. Ce n'est pas forcément la bonne méthode, de vouloir éradiquer à tous prix le Candida, mais il faudrait plutôt se préoccuper des causes de la raison de sa présence, du terrain, notre hygiène de vie, etc (j'ai juste l'extrait d'un texte, qui a été effacé d'internet:)

"Nos Candida albicans sont de véritables nettoyeurs pour notre organisme. Lorsqu'il augmentent en surnombre cela s'appelle une candidose et elle se manifeste à divers degré. Il faut bien comprendre que pour rétablir une candidose cela nécessite plusieurs éléments-clés. L'usage d'antifongique est inapproprié et ne fait que contribuer à développer des résistances dans le royaume du Mycobiome, au même titre que l'usage d'antibiotiques développent des résistantes de bactéries tout en augmentent la dysbiose/candidose intestinale.
Il y a à comprendre la candidose et pourquoi elle se développe, il n'y a pas à vouloir éradiquer tous les Candida, nous en avons besoin en quantité régulée. Une candidose intestinale se développe notamment dans des intestins où les matières et déchets se cumulent, dans un environnement où les toxines se cumulent. Lorsque des microbes tels que Candida albicans interviennent et augmentent ils le font pour aider leur hôte face à toutes sortes de composants notamment alimentaires inadaptés à notre physiologie, ils décomposent des déchets acides et toxiques (toxines incluant mercure, aluminium et autres métaux) qu'ils nettoient, piègent, digèrent en remplissant leurs propres cellules. Seulement leurs déjections produisent également des substances telles que du sulfure d'hydrogène, de l'acide urique, d'autres acides contribuant à augmentant l'état d'acidose."




Si l'ennemi n'est pas celui que l'on croyait être, on en revient donc à l'idée de l'homéostasie... Par son pouvoir d'homéostasie, le corps maintient en équilibre toutes ses constantes sanguines; grâce à son système de défense, il nettoie tous ses vaisseaux et ses tissus et se défend contre les envahisseurs.












LA MEILLEUR REMÈDE POUR NOTRE CORPS SE TROUVE À L’INTÉRIEUR DE NOTRE CORPS.
"La différence entre le vivant et le non vivant est la capacité à l’homéostasie. La bonne nouvelle pour nous êtres humains, c’est donc que notre corps est capable de se réguler lui même. Il est capable, sans éléments perturbateurs extérieurs, d’être en bon état physique et psychique. Et dans le cas ou il n’irai plus bien, il met en place des processus régulateurs pour revenir à son état d’équilibre. La question qui en découle est donc : si nous ne sommes pas en bonne santé ou heureux, quels sont ces éléments perturbateurs qu’il faudrait éliminer pour revenir à un état de bien être ?
Tout système vivant laissé à lui même en l’absence de perturbations, revient spontanément à l’état d’équilibre.
AGIR SUR LES CAUSES.
Pour aller bien (ou mieux), nous ne sommes donc pas obligé de chercher à aller trouver des « solutions » et remèdes à ces « maladies ». Car ces « maladies. sont bien souvent les moyens qu’à trouvé le corps pour évacuer ce qui n’est pas bon en nous. Ces troubles qui nous gênent sont les conséquences d’éléments qui nous perturbent et celui ci cherche donc simplement à les faire ressortir. Ce sont en quelque sorte les indicateur sur le tableau de bord, qui nous montrent que quelque chose ne va pas, et dérange notre bon fonctionnement.

Au lieu d’aller chercher à traiter les conséquences, il suffirait donc de repérer les causes extérieures qui nous empêchent d’être bien. Cela peut être divers facteurs comme :

L’alimentation, la qualité de l’air que nous respirons, l’eau que nous buvons, l’épuisement nerveux, les relations que nous entretenons avec les autres, l’environnement social, le travail, la faiblesse physique,…"



Agir sur la cause, non sur la conséquence. Se poser, réfléchir et tenter de se reconnecter avec nous même, s’écouter. Lister les éléments perturbateurs possibles parmi tout ce qui nous entoure, au lieu de se jeter sur des médicaments qui ne vont faire qu’étouffer ce que notre corps tente de nous dire.

Le jeûne le moyen le plus simple et le plus naturel, de remettre les compteurs à 0 !
Notre corps possède les moyens de se régénérer, se guérir et de se défendre...

mardi 21 février 2017

Quelques musiques pour l'âme

Le Son, à l'origine de la Création ಌ
Le Son est guérisseur ♪

Peia 





Chandra Lacombe


Eivor



Patrick Bernard



:)








Compléments alimentaires et autres

« Que ton aliment soit ton seul médicament »
Hippocrate
« On creuse sa tombe avec sa fourchette (avec ses baguettes) »
Proverbe chinois
« Toutes les maladies débutent dans l’intestin »
Hippocrate



Une liste non-exhaustive d'aliments et autres outils, qui peuvent être bénéfiques pour la santé (en plus d'une bonne hygiène de vie) :

* Les légumes lacto-fermentés 

Très savoureux sur les salades et à grignoter et bons pour le ventre !



* Le Kéfir (
et aussi le Kombucha), probiotique naturel




Bon au goût, mais un peu difficile à mettre en place, ça demande des efforts
http://www.topsante.com/nutrition-et-recettes/la-sante-par-les-aliments/les-bons-aliments/le-kefir-une-boisson-aux-probiotiques-qui-nous-veut-du-bien-72387


* Avec modération je suppose, des régulateurs de ph,
le citron et le bicarbonate de soude ...
Peut soulager, près des repas lourds
https://amelioretasante.com/cure-de-bicarbonate-de-soude-et-citron/


* Un produit ancestral, encore tabou ... mais anti cancer, anti-douleur et autres, 
le cannabis 
http://www.sante-nutrition.org/biologiste-moleculaire-explique-comment-thc-tue-completement-cancer/

* Dans le même esprit anti-cancer, anti-inflammatoire, anti-douleur, le Curcuma et le gingembre


* Un article sur l'argile verte, qui peut soulager des maux
http://www.sos-detresse.org/conseils-pratiques/argile.htm 






* Aussi les
cataplasmes d'huile de ricin, sont anti inflammatoires, peuvent calmer des douleurs
Vidéo de Thierry : https://www.youtube.com/watch?v=arg3qqtN-bg


* Bon pour le transit, le Psyllium
http://humanite-emergente.com/articles.php?type=2&id=56


* Et j'ose aussi citer le Charbon actif, pour les ballonnements intestinaux ou pour aider à évacuer les métaux lourds, lors de cures.

Voilà, en vrac, 2, 3 aides extérieures, qui peuvent être bénéfiques pour le corps
Dans cette thématique, Hildegarde von Bingen, s'intéressait fortement intéressée au sujet de la Guérison Holistique, notamment aux plantes et cristaux. Voici un film qui lui rend hommage :











lundi 20 février 2017

Amaroli



Je voulais évoquer brièvement un sujet que j'affectionne de plus en plus, avec celui du jeûne...

je veux parler de la pratique très ancienne d'Amaroli, ou Urinothérapie, ou Shivambu 💛

Oui, c'est d'utiliser son urine, de façon interne, ou externe... (et non, ce n'est pas si sale)

Ce fluide doré informationnel est en fait du sang filtré, qui est constitué de pleins de bonnes choses ! L'urine est constitué de 95% d'eau et

elle peut fournir à l'organisme les substances bénéfiques dont le sang est chargé :

* vitamines, acides amines, minéraux, hormones, enzymes,

(agents importants dans le processus de nettoyage)

* mais aussi : anxyolitiques, cortisone naturelle, anti-inflammatoires, anticorps, neurtransmetteurs, anti-douleurs...

Toutes ces substances vivantes que l’urine contient ont des effets nettoyants, et régénérateurs.

L'urée contenue dans l'urine est un déchet, certes. Mais lorsqu'elle passe dans le tube digestif, elle est transformée en glutamine, précieuse pour les systèmes nerveux et musculaires.

L'urinothérapie va augmenter l'élimination des déchets, va agir comme puissant diurétique. Elle sera utile aux personnes boulimiques en régularisant la digestion et en calmant l'appétit.

Et en externe, cela peut résoudre aussi les problèmes cutanés, ou faire repousser les cheveux, nettoyer les yeux, le nez, les oreilles, ou calmer des douleurs et faciliter des guérisons, en cataplasme.

L'urinothérapie est un processus d'auto vaccination naturelle. On peut l'utiliser à toute petite dose, juste pour informer le corps.

etc

Vous pouvez vous renseigner par vous-même, juste pour la curiosité, ou bien laisser l'information de côté comme je l'ai fait, puis éventuellement y revenir plus tard... ou pas !

En tout cas, c'est une pratique que je trouve très intéressante et précieuse, car elle est gratuite, très accessible, et cela procure pleins de bienfaits, physiques et psychologiques.

Cette pratique aurait été conseillée par Shiva à Parvati, elle est donc très ancienne, et pratiqué par des millions de personnes actuellement (énormément au Japon, en Inde, et en Allemagne) Il y avait énormément de documentation sur le sujet, qui a été détruite, au milieu du 20e siècle, au profit de l'industrie pharmaceutique. Sinon, avant, beaucoup de gens pratiquaient.

Je débute moi-même (très très doucement, car mon corps se purifie en même temps, avancer progressivement est conseillé), et je ne m'attendais pas à ce que j'apprenne à m'aimer encore plus intimement, en plus de certains résultats de guérison qui commencent à se faire sentir...

Bientôt terminé tous les compléments alimentaires, c'est une voie d'autonomie !


Petites présentations rapides :


https://youtu.be/9MzRquClWO0



Un pratiquant de jeûne qui en parle (un jeûne avec amaroli serait plus efficace !) : http://pranique.com/amaroli.html


Et je viens de tomber sur cette page, des témoignages de la Chine :

http://www.dailymail.co.uk/news/article-3196259/Welcome-China-Urine-Therapy-Association-hilarious-encounter-leader-club-drinks-wee-single-day-claiming-cures-tumours-broken-bones-baldness.html

Le corps est fait pour se guérir tout seul


« Notre corps physique est constitué de milliards de cellules (autant qu'il y a d'étoiles dans la Voie Lactée disent certains) qui sont invisibles à l'œil nu. Il faut les grossir mille fois pour les voir au microscope. Chacune a sa fonction et travaille en parfaite harmonie avec toutes les autres. Ni compétition, ni rivalités, ni jalousies, ni jeux de pouvoir, ni orgueil ou vanité ne les anime ...
Chaque cellule est dotée de mécanismes extraordinairement intelligents pour se guérir lorsqu’elle a été endommagée par des agents toxiques, des radiations, des chocs ou d’autres facteurs nocifs. Pour se régénérer la cellule démantèle et recycle ses parties endommagées. Elle élimine ce qui n’a plus d’utilité et reconstruit avec rapidité toutes ses organites (la cellule est composée de mini-organes, les organites).

Comme l’exprime Christian de Duve : « Au fil des années, les cellules on détruit et reconstruit des centaines, voire des milliers de fois, la plupart de leurs molécules constitutives, et même pour certaines cellules, plus de cent mille fois. Elles ressemblent un peu à ces maisons anciennes qui ont toujours la même apparence que lorsqu’elles ont été construites mais qui, à la suite de multiples restaurations, n’ont pratiquement plus aucune de leurs vitres ou de leurs tuiles d’origine, ni même de leurs briques ou de leurs planchers. Mais ce qui, pour une maison, met des siècles à se réaliser, n’est qu’une question de jours pour une cellule vivante. »
Notre corps se transforme constamment. 98 % de tous les atomes qui le composent sont remplacés en moins d’une année et tous les quatre ans nous avons totalement changé tous les atomes de notre organisme. Chaque six semaines nous avons un foie neuf. Tous les cinq jours nous avons renouvelé les cellules de notre estomac. Le matériel même qui constitue notre DNA, au niveau atomique, est remplacé en six semaines. Notre corps est donc plus une rivière d’informations intelligentes qui construit, modèle, façonne les éléments de la matière vivante qu’une machine comme celles que l’homme fabrique. Nous baignons dans un champ unifié de conscience et d’intelligence qui donne naissance à la matière.

"En moins d'un an vous recyclez 98% de toute la matière de votre corps"
Les gènes ne sont pas déterministes - Nous pouvons changer notre corps, rien n'est figé...

Dr Morse : Le corps sait se guérir de toutes les maladies ! Il est convaincu que le corps humain a la capacité de se régénérer complètement et de se guérir lui-même. https://changera.blogspot.fr/2015/03/dr-morse-le-corps-sait-se-guerir-de.html?spref=fb

Le corps humain est conçu pour s'auto-équilibrer http://www.bioenergetique.com/le-corps-merveille-de-perfection/

L'homéostasie Tout système vivant laissé à lui même en l'absence de perturbations, revient spontanément à l'état d'équilibre.

(informations sûrement relatives, à lire avec discernement :)

Guérisons miraculeuses


~ Des guérisons miraculeuses ~

La Foi Guérit 
Les témoignages de guérisons "miraculeuses" (de maladies graves) sont innombrables !
Certains guérissent par la prière, d'autre par le jeûne ou l'alimentation pranique, ou en mangeant cru ou certains types d'aliments pendant quelques temps...


Partage de plusieurs expériences de guérison de soeur Thérèse Neumann, qui avait la foi et qui a pratiqué le jeûne pendant 36 ans !
"L'état de santé de Thérèse Neumann était devenu incurable, effroyable; on pouvait même se demander comment elle réussissait à vivre, accablée par tant de souffrances que les médecins ne savaient apaiser. Mais voici que vont survenir sept guérisons inexplicables, instantanées et définitives.
– Le 29 avril 1923, alors que Thérèse était complètement aveugle depuis quatre ans et un mois, à 6 heures et demi du matin, soudainement, la vue lui revint : c'était la fin d'une neuvaine que Thérèse avait commencée pour obtenir la béatification de Thérèse de Lisieux
– Au cours d'un pénible accès de crampes, la plaie gangrenée de son pied gauche, que l'on devait amputer dans les meilleurs délais, se trouva entièrement guérie, quelques heures après que l'on eût appliqué dessus des pétales de roses ayant touché le tombeau de la petite Thérèse de l'Enfant Jésus : c'était le 3 mai 1925.
– Depuis octobre 1918, Thérèse était presque entièrement paralysée. Le 17 mai 1925, jour de la canonisation de Sainte Thérèse Martin, Thérèse Neumann se vit tout à coup enveloppée de lumière et se mit à crier. Soudain, elle se redressa et, après une longue extase durant laquelle elle parlait avec une personne invisible, elle se leva et se mit à marcher. Thérèse se tenait très droite, elle pouvait s'asseoir et se lever seule, sans douleur : sa colonne vertébrale était redevenue intacte.
– 13 novembre 1925. Thérèse est à toute extrémité avec une appendicite purulente. À sa demande, on lui appliqua une relique de Sainte Thérèse et elle se mit en prière. Soudain, elle ouvrit les yeux, se souleva et tendit les mains à une personne invisible en disant "Oui !" à plusieurs reprises. Resl raconta plus tard à son curé, le Père Naber qui lui demandait si c'était encore la petite Thérèse qui était venue la secourir : "Oui! et elle m'a dit de me rendre immédiatement à l'église pour remercier Dieu... Une main m'est apparue, j'ai voulu la saisir, mais je n'y suis pas arrivée. C'était une fine main blanche... Les trois premiers doigts étaient étendus, les autres fermés... et il y avait une pure lumière d'où une voix, que j'ai bien reconnue, m'a dit: 'Afin que le monde reconnaisse qu'il y a une puissance supérieure, tu n'auras pas besoin d'être opérée. Lève-toi et va à l'église, mais tout de suite, tout de suite, afin de remercier le Seigneur. Tu auras encore beaucoup à souffrir... Tu n'as pas à t'en effrayer, non plus que des souffrances intérieures. C'est à cette condition seulement que tu peux coopérer au salut des âmes. Il te faut toujours davantage mourir à toi-même. Garde ta simplicité d'enfant.'" Ce qui surprit tout le monde, c'est l'instantanéité de la guérison.
– 19 novembre 1926. La bronchite aiguë que Thérèse avait contractée s'était transformée en pneumonie double. Le 26 novembre était un vendredi et Thérèse vivait déjà les douleurs de la Passion, comme à l'ordinaire. Thérèse était en train de mourir. On appela le Père Naber qui lui administra l'Extrême Onction. Il était 6 heures du soir : les membres se refroidissaient, son teint prit la couleur de la cendre : c'était la fin. Soudain Thérèse se dressa sur son lit, tendit les mains en avant vers la voix bien connue qui lui parlait de nouveau : "Le Seigneur se réjouit de te voir ainsi soumise. Tu ne dois pas encore mourir. Tout cela est arrivé pour montrer au monde qu'il y a une puissance supérieure. Tu souffriras encore davantage, afin de soutenir les prêtres dans l'œuvre du salut des âmes." De nouveau Thérèse fut le sujet d'une guérison instantanée.
Le lendemain, Thérèse reprit ses activités. Elle était délivrée de tous les maux qui l'avaient clouée au lit depuis plus de six ans.
– À ces guérisons naturellement inexplicables, il convient d'ajouter une autre guérison : du 7 au 13 juillet 1940, Thérèse subit plusieurs attaques d'apoplexie. Pendant neuf jours e1le demeura dans un état de semi-inconscience, à demi paralysée. Puis, lors de la vision de l'Assomption, toutes les séquelles dues aux crises d'apoplexie disparurent. Thérèse raconte : "Lorsque la Mère de Dieu sortit en flottant du sépulcre avec les anges, elle me sourit. Elle flotta vers moi et tint sa main droite sur la partie gauche de ma tête. Bien que lors des visions je ne ressentisse rien provenant de l'extérieur, il passa dans la partie droite de mon corps, comme une violente décharge électrique. Je levais la main afin de saisir celle de Marie." "
Concernant son jeûne de 36 ans
"Vers Noël 1922, THÉRÈSE NEUMANN cesse du jour au lendemain de s'alimenter. Les circonstances de ce jeûne sont intéressantes ; ENNEMOND BONIFACE, que je viens de citer, affirme que le phénomène a une origine mystique. Il s'inscrit en effet dans un contexte spirituel précis : THÉRÈSE a appris qu'un séminariste est atteint d'un mal de gorge rebelle à tout traitement qui compromet ses études, et donc l'heureuse issue de sa vocation ; aussi demande-t-elle à Dieu de pouvoir prendre sur elle cette maladie, afin que le jeune homme en soit délivré. Elle est exaucée et, de son côté, le séminariste se trouve guéri aussitôt. Dès lors, THÉRÈSE souffre d'une douloureuse enflure de la gorge et du cou, qui lui rend impossible l'ingestion du moindre aliment solide, fût-ce une hostie (c'est à partir de ce moment qu'on la communie avec une minuscule parcelle d'hostie humectée). Ce jeûne, quelque peu forcé, est lié - l'origine, du moins - à ce mal de gorge enrayant le processus mécanique d'ingestion et de déglutition. THÉRÈSE en souffre pendant plus de huit ans, jusqu'au 30 juin 1931, jour où le jeune homme, devenu prêtre, célèbre sa première messe ; guérie instantanément à l'heure de la célébration, elle ne recommence pas à manger, pour autant.
En effet, depuis le 6 août 1926, elle n'absorbe plus même de liquide, suite à une vision qu'elle a eue de la Transfiguration et dont elle dira par la suite : «J'ai laissé toute faim et toute soif sur le Thabor». On peut en déduire que jusque là, même étant dans l'impossibilité de manger, elle a souffert de la faim. On peut aussi penser que le liquide qu'elle absorbait suffisait à la sustenter, lui apportant les éléments nutritionnels indispensables à la vie : outre l'eau et le lait qu'elle buvait régulièrement, on ne peut faire abstraction de la valeur calorique d'un bol de bouillon, d'un peu de vin, voire de quelqu'une de ces bonnes soupes roboratives dont les fermières allemandes ont le secret. Aussi n'est-il pas adéquat de parler, avant le 6 août 1926, d'inédie. En revanche, il est certain qu'à partir de cette date THÉRÈSE NEUMANN n'absorbe plus aucun aliment solide ou liquide - à l'exception de la parcelle d'hostie consacrée qu'elle reçoit chaque jour -: son inédie a donc duré trente-six ans (1926-1962). On suit aisément l'évolution du jeûne : à partir de Noël 1922, THÉRÈSE n'ingurgite plus de nourriture solide, mais absorbe encore des aliments liquides. Jusqu'en 1926, elle consomme environ une tasse de liquide par semaine (café, jus de fruit, bouillon). Puis jusqu'en septembre 1927, elle n'avale plus qu'une cuillerée à café d'eau pour déglutir la parcelle d'hostie de sa communion. Enfin, dès septembre 1927, c'est l'inédie absolue, hormis la parcelle d'hostie quotidienne. Les fonctions organiques de digestion et d'excrétion disparaissent peu à peu, parallèlement à la cessation progressive de manger et de boire.
Il n'y a pas anorexie mentale, ni dégoût des aliments : jusqu'à la fin 1931, la maladie de la gorge empêchant la déglutition, THÉRÈSE ne peut mécaniquement pas manger ; à partir de 1926, elle n'a plus ni faim ni soif, ni ne connaît de troubles de l'appétit. L'inédie n'aura jamais aucune incidence sur sa santé : point de défaillance, de malaise, d'évanouissement. Des tentatives de nutrition par sonde gastrique n'aboutiront qu'à provoquer de violents et douloureux vomissements."


Aussi un autre type de guérison, suite aux NDE (expériences de mort imminente)
Nombreux reviennent de coma, avec la grâce de guérir instantanément
💗